Suite de la tribune de l'opposition parue dans "Elancourt Magazine" de mai 2019, limitée à 1200 caractères dans sa version papier.
 

Piscine : où en sommes-nous ?

D’après nos informations, la ville de Maurepas se serait empressée de prendre les dispositions pour faire démolir la piscine. Piscine qui - rappelons-le - était fréquentée par nos enfants en activités scolaires, conformément aux programmes, et dans un cadre sportif ou de loisirs pour l’ensemble des élancourtois.

Lors de la commission des finances d’avril 2019, un projet de délibération concernant la répartition financière des frais de construction entre notre ville et Maurepas a été retiré de l’ordre du jour.

A l’heure où nous écrivons, début avril 2019, nous n’avons pas d’éléments clairs.

Selon l’adage : « Quand c’est flou il y a un loup ! » et pour ce dossier nous nageons en eaux troubles !

Les Elancourtois-ses se disent lésés de ne plus avoir de piscine de proximité. Voilà une vérité que l’on aura du mal à contrecarrer.

L’accès à l’apprentissage de la natation reste compliqué pour nos enfants, alors que les statistiques sont alarmantes sur le nombre de jeunes ne sachant pas nager. Les activités en piscine participent au maintien de la forme physique, des jeunes comme des moins jeunes.
 

L’emplacement de ce centre nautique permet à une majorité de seniors de pouvoir s’y rendre facilement.

Nous rappelons qu’une réhabilitation à moindre coût était possible mais a été ignorée par pur calcul politique. Si cette décision avait été prise dès 2014, aujourd’hui nous pourrions depuis longtemps utiliser cet équipement.

Cette nouvelle piscine, annoncée par monsieur Garestier, maire (LR) de Maurepas à grand renfort de publicité, engendre bien des questionnements.