Suite de la tribune de l'opposition parue dans "Elancourt Magazine"  sur le bilan du mandat et avril 2019, limitée à 1200 caractères dans sa version papier.
 

Tel un marin sans boussole

Après 23 ans de mandat, notre Maire ne manquera pas de dresser une fois de plus un tableau élogieux de son action.
En réalité, le patrimoine de la ville se dégrade (maison de quartier la Villedieu, salle de l’Armanderie, Stade Boniface et autres…), mais à quoi bon entretenir l’existant quand seul compte le futur ?
Si de grands panneaux vantent 0% d’augmentation d’impôt en 2019, où était l’information quand ils ont encore augmenté l’année dernière. Encore un coup de "comm" !
"30% de délinquance en moins", bravo, mais depuis quand, sur quelle période, sur quels chiffres réels ? Fouillez vos archives, c’est le même pourcentage qui vous est annoncé chaque année depuis plus de 20 ans. Impressionnant ! Plus c’est gros…
Les sommes dépensées dans le numérique, dans "l’école du futur" nous auront couté plusieurs points d’impôts sans que des résultats probants n’aient encore jamais été publiés. En revanche, la maintenance et l’obsolescence rapide de ces outils peuvent être facilement calculés et leur montant vient gonfler le gouffre financier.
École du futur, commissariat du futur, ville du futur, agglomération du futur, ....maintenant que le Maire est aussi président de SQY, ce ‘futur’ mis à toutes le sauces masque en fait une inaction et un immobilisme au présent. Les récents mouvements sociaux crient que si le futur sera doré, il faudrait déjà finir le mois ! Le propre du futur, c’est – comme pour l’horizon – qu’il est toujours devant et qu’il se dérobe. Où voulons-nous aller ? Car, sans boussole, on risque de ramer longtemps !

Et encore, il n’a pas atteint la piscine qui promet déjà quelques surprises financières peu agréables dans les mois qui viennent. Là encore, même si cet équipement n’est pas sur notre commune, le montant de notre participation aurait dû inciter à un plus grand contrôle. Un entretien et une remise en état étaient possibles. Ils ne le sont sans doute plus aujourd’hui, après avoir laissé pourrir les choses durant 4 ans. Mais toujours sans boussole, à quoi bon une piscine du présent, accessible aux élèves et aux habitants d’Elancourt alors que nous allons payer très cher une ‘piscine du futur’ dont l’équilibre financier est déjà remis en question et qui s’opacifie chaque mois un peu plus avec une concertation de façade.