Suite de la tribune de l'opposition parue dans "Elancourt Magazine" de mars 2019, limitée à 1200 caractères dans sa version papier.
 

Un budget sous influence

Lors de l'examen du projet de budget 2019, nos interrogations ont porté à la fois sur le contexte national et sur le contexte local.

Tout d'abord, la situation nationale montre que les français ne comprennent plus les politiques menées, et pour un grand nombre d’entre eux, ne s’y reconnaissent pas. Ils réclament plus de justice et plus de solidarité. Là aussi, monsieur le Maire, nous ne voyons pas la réponse au niveau local que vous apportez aux attentes de nos concitoyens. Et si vous nous dites que nous sommes responsables de la crise sociétale que nous connaissons aujourd’hui, nous vous le disons haut et fort, en tant que représentants du Parti Socialiste sur la ville : Oui ! Nous sommes fautifs de n’avoir pas avoir entendu l’attente des français qui souhaitent plus de justice sociale. Oui ! Nous aurions dû lancer une grande et profonde réforme fiscale et expliquer en parallèle combien nos services publics sont source de cohésion. Oui ! Nous aurions dû travailler à la relance de l’ascenseur social pendant la période où nous avons exercé le pouvoir.

Ce bilan nous le faisons et nous en tirons les enseignements, alors que vous vous n'êtes pas vraiment en porte-à-faux avec la politique du gouvernement et sa majorité la République En Marche, ils ne font qu’appliquer des orientations que vous avez soutenues (suppression de l’ISF, diminution des cotisations sociales, diminution des APL ….) contre lequel la France grogne. 

Ensuite, nous constatons que la population est en baisse sur Elancourt, l'une des causes en est son vieillissement. C’est un constat illustré par les chiffres et nous ne comprenons pas - mais vous allez surement nous l’expliquer - comment les impôts et taxes des élancourtois augmentent ? Probablement la baisse des dotations de l'Etat et la réforme de la taxe d'habitation plutôt que les effets dus à la baisse de la population .

Enfin nous ne voyons pas dans votre projet comment la ville d'Élancourt prend sa part dans la transition écologique et comment vous aidez les ménages les plus modestes à y faire face.

En clair, monsieur le maire, nous réclamons que votre prévision budgétaire intègre.

  • Une politique de solidarité
    • En engageant une réforme du quotient familial plus juste pour les élancourtois.
    • La mise en place d’une politique plus soutenue aux familles dans le cadre de la garde d’enfants chez une assistante maternelle libre.
    • Un soutien aux plus modestes pour les aider à s’équiper dans le cadre de la transition écologique.
  • Une politique de préservation du patrimoine immobilier et de soutien aux associations
    • Un entretien plus régulier du patrimoine de la ville et un arrêt d'une forme de politique de la terre brulée qui laisse les choses se dégrader et qui nécessite ensuite des investissements couteux et ne marque aucunement une politique responsable alors que vous êtes aux responsabilités depuis près d'un quart de siècle.
    • Un service de qualité aux associations en leur octroyant des locaux entretenus et en ne leur demandant pas d’en assurer le service d’entretien.
    • Un accès facilité aux salles communales pour faire vivre la citoyenneté.
  • Une politique éco responsable contribuant à préserver l’avenir des générations futures
    • Réfléchir en concertation avec la population et proposer des nouveaux dispositifs plus économes.
    • Limiter l’usage du papier (arrêt d’une communication inutile et couteuse par le triplement de l'envoi des cartes de vœux à une même personne)
    • Proposer des ateliers écocitoyens.
    • Mettre en place une politique zéro déchet pour les événements municipaux.

Depuis des années, monsieur le Maire, vous nous dites « il y a ceux qui font et ceux qui causent », et vous êtes de ceux qui font depuis 20 ans. Monsieur le maire, vous et votre équipe municipale, vous faites partie de ceux qui causent mais ne font pas. Après bientôt 25 années, nous verrons bien si les électeurs souhaitent que cela continue pour 6 années de plus. Ce sont bien les élancourtois qui choisiront. La balle est dans leur camp !