Manuel VALLS
21.80 %
Sylvia PINEL 1.65 %
Vincent PEILLON 5.31 %
François DE RUGY 3.04 %
Arnaud MONTEBOURG 15.08 %
Benoît HAMON 52.06 %
Jean-Luc BENNHAMIAS 0.76 %

Merci à toutes et tous les Élancourtois pour leur participation.

Au mois de novembre, au moment même ou vos impôts locaux se sont envolés (pour rappel + 66% pour le département et + 3% pour la ville d'Elancourt), vous avez vu sur le bulletin municipal et sur les panneaux réservés à la ville une note de gestion de 16/20.

Pire, en voulant démontrer une bonne gestion, le maire se contredit et applique une méthode dont il dénonce lui-même les effets pervers.

Mais d'où provient cette note ? Elle est émise par « l'Argus des Communes ». Mais encore ?

L'Argus des Communes est une émanation de l’association « Contribuables et Associés", fondée en 1990 par Alain Dumait. Celui-ci fut l'un des initiateurs du ‘Comité pour l'Entente à Droite’, favorable à une alliance entre la Droite et le FN. Il a appelé à voter pour Jean-Marie Le Pen dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2002. Il a été candidat aux élections sénatoriales de 2011 en tête de la « Liste d’Union et d’Entente à Droite », notamment soutenue par le Front National.

Voilà où le maire puise cette note flatteuse : à l'extrême droite !


Les « Contribuables associés » assurent une émission hebdomadaire sur Radio Courtoisie, radio régulièrement rappelée à l’ordre par le CSA pour ses dérapages racistes. Entre deux interviews de Marine Le Pen ou du Bloc Identitaire, les « Contribuables Associés » s’attaquent à toute forme de fiscalité, aux services publics.

Les contribuables associés expliquent avoir pris comme source les chiffres du ministère des finances et ce, « dans chaque « strate » de population les communes ont été classées par ordre décroissant des dépenses totales par habitant. ».

Si les montants relevés sur le site http://alize2.finances.gouv.fr du Ministère des finances sont exacts, les classements annoncés par strates n’ont à l’évidence pas été respectés. Les contribuables associés mélangent des villes de population très différentes alors qu’ils précisent bien « communes de même taille du département ».

Mais pour l'extrême droite peu importe la rigueur car tous les moyens sont bons pour faire du buzz autour du thème sempiternel du « trop d’impôts ».

Et quelle contradiction, nous avons un maire qui augmente les impôts. Se plaint de la baisse des dotations de l'Etat (donc de la baisse de la dépense publique) et s'attribue une note qui se base sur l'opposé de ses prétentions.

Allons Monsieur le maire, sur cette partition impôts/dette/dépenses vous nous jouez une fausse note !

Agglomération de Saint -Quentin, déni de démocratie !

Suite à de nombreuses irrégularités constatées lors de la séance d’installation de la nouvelle agglomération « Saint-Quentin-en-Yvelines » le 9 janvier dernier, notamment la violation du principe de publicité de la séance, un recours en justice a été déposé par des citoyens saint-quentinois contre les opérations électorales de la séance précitée auprès du Tribunal Administratif de Versailles.

En effet, le Président de l’agglomération a fait installer des barrages, empêchant un libre accès du public à la salle des séances. Seuls quelques privilégiés, préalablement inscrits sur les listes de la CASQY pouvaient assister à ce premier conseil communautaire.

Aucune séance d’installation d’une nouvelle intercommunalité en France ne s’est déroulée de la sorte !

Dans un jugement du 10 mars 2016, le Tribunal Administratif de Versailles a décidé l’annulation des délibérations suivantes et des opérations électorales du 9 janvier 2016 :

  • L’élection du président
  • L’élection des vice-présidents
  • L’élection des conseillers communautaires membres du bureau
  • L’élection au sein du syndicat mixte de gestion de la base de loisirs et de plein air de Saint-Quentin-en-Yvelines, Île de Loisirs
  • L’élection des représentants au sein du comité syndical du syndicat intercommunal d'assainissement du Val de Gally Ouest, SIAVGO

Les juges ont rappelé la CASQY au respect du droit et de la démocratie !

L’agglomération, maladroitement gérée par une équipe qui a décidé d’exclure les communes de gauche, a pris un mauvais départ ! Une communauté d’agglomération ne peut pas être confisquée par quelques-uns. Elle ne peut exclure volontairement des territoires et créer une inégalité de traitement entre leurs habitants. Elle doit s’appuyer sur un fonctionnement partagé et un dialogue serein et continu avec les Maires, premiers représentants des habitants.

Cela laisse songeur sur le sérieux et la compétence des dirigeants de l’agglomération qui se prétend désormais « terre d’innovations » ! Formidable «innovation » que d’être la seule communauté d’agglomération en France incapable de respecter la loi dès sa première séance

Lors des nouvelles élections le 9 mai dernier, les élus de Gauche ont constaté que la droite minimise l’annulation, n’en tire aucune conséquence quant à son fonctionnement et ne compte pas remettre à plat la gouvernance, bref elle ne changera rien et reste sur sa position d’exclusion et de mépris.

Pour les nouvelles élections des vice-présidents au sein de l’exécutif, le maire d’Élancourt et son premier adjoint n’ont pas recueillis l’assentiment d’une partie de leur propre camp. Il a manqué 10 voix à Jean-Michel Fourgous et 13 à Gérald Favier, les élus de Gauche ayant décidé de ne pas prendre part au vote.

Une partie de la droite Républicaine, visiblement ne cautionne pas les méthodes du maire d’Elancourt et de son 1er adjoint.

Désormais, il appartient à chacun de tirer les enseignements de cette situation et nous en appelons au bon sens, dans l’intérêt des habitants de ce territoire, pour que la CASQY puisse repartir sur des bases saines.