Suite de la tribune de l'opposition parue dans "Elancourt Magazine" d'octobre 2018, limitée à 1200 caractères dans sa version papier.
 

Le climat est aussi un enjeu local !

 
Avec 50% de la population mondiale actuelle et 70% à l’horizon 2050, les villes sont devenues le principale écosystème de l’humanité. Réinventer les villes pour réduire l’empreinte écologique tout en garantissant le bien-être des citoyens est un vrai enjeu dont les politiques doivent s’emparer.
Nos villes sont à 70% responsables des émissions de CO2. La transition écologique se joue donc bien au sein des villes et des agglomérations. Il est urgent de réfléchir à la mise en œuvre d’un véritable plan climat à l’échelle de l’agglomération. Prenons exemple sur l’agglomération rouennaise qui a mis en place une COP 21 locale
Certains réseaux de villes innovent et définissent des objectifs plus ambitieux que les gouvernements nationaux. A titre d’exemple, au-delà des projets structurants comme la végétalisation des espaces, les écoquartiers innovants, la mise en place de réseaux participatifs pour mutualiser les déplacements des enfants vers leurs activités ou l’école doit être développée, voire accompagnée.

Il faut maintenant réfléchir vite à une ville, une agglomération renouvelée, maitrisant mieux ses déchets et les déplacements de ses habitants, favorisant l’habitat durable.

Il est urgent de bâtir un projet d’une ville durable conciliant cohésion sociale, efficacité économique et respect de l’environnement.

A titer indicatif, vous trouverez ici l'exposé de La Cop 21 de la Métropole Rouen Normandie.

Note :
Notre tribune sur le journal municipal est tronquée car le règlement intérieur voulu par la majorité de droite (LR-UDI) restreint les droits de l'opposition en limitant notre expression à 1200 signes et espaces. Nous compléterons donc notre information auprès des élancourtois via internet et les réseaux sociaux.