Suite de la tribune de l'opposition parue dans "Elancourt Magazine" de septembre 2018, limitée à 1200 caractères dans sa version papier.
 

Pour une vraie innovation au service des élancourtois

 
Le maire d'Elancourt se plaint de la baisse des dotations de l'Etat et du manque de ressources pour le budget communal. Pourtant, il augmente encore la masse salariale en municipalisant l'école de musique et il multiplie les dépenses pour l'achat de gadgets, sous prétexte d'innovation.
Pour les élus de Gauche, penser innovation, c'est d’abord penser à l'intérêt de nos finances publiques et au bien-être des élancourtois. Reprenons l'idée ingénieuse de piloter l'éclairage public depuis son smartphone. L'application développée permet aux habitants d'allumer pour quelques minutes l’éclairage des rues qu'ils empruntent après 23 heures, lorsque la commune est plongée dans le noir.
Cette innovation ouvre des possibilités au bénéfice de tous. En contrepartie d'un faible investissement, la facture électrique est allégée de 25%. L'empreinte carbone de la ville est également allégée au bénéfice de notre environnement. L'éclairage est laissé à la discrétion des habitants en fonction de leurs besoins et déplacements nocturnes et ils redécouvrent ainsi un ciel étoilé. 

Mieux qu'un drone (d'une autonomie de 7 heures) pour surveiller les faits et gestes des élancourtois au mépris des libertés individuelles, (c'est la dernière lubie sécuritaire du maire d'Elancourt). A quand une puce au talon de chaque habitant ?

A Gauche, nous préférons investir pour la liberté de chacun, pour notre bien-être et notre environnement.

Chacun peut vérifier que la solution que nous proposons est réellement innovante et d'une approche intéressante dans ce qu'elle permet de s’installer sur un réseau existant. (www.jallume.fr ).

Peu importe si l'éclairage public n'est pas de la seule compétence de la commune. Il se trouve que le maire d'Elancourt est aussi président de Saint-Quentin en Yvelines. Une bonne idée élancourtoise qui pourrait également bénéficier aux habitants des autres communes de l'agglomération.

Note :

Notre tribune sur le journal municipal est tronquée car le règlement intérieur voulu par la majorité de droite (LR-UDI) restreint les droits de l'opposition en limitant notre expression à 1200 signes et espaces.

Nous compléterons donc notre information auprès des élancourtois via internet et les réseaux sociaux.

Bonne rentrée à tous.